Communiqué

Communiqué

Communiqué 
Conseil municipal du 22-09-2015
Migrants à Bry-sur-Marne

bourbon-argos-migrants

Lors du Conseil municipal, le Parti Socialiste a défendu un vœu pour que la ville de Bry- sur-Marne mobilise ses logements sociaux pour des clandestins dans le cadre de la profonde crise migratoire que vit l’Europe.

Le Maire a, quant à lui, annoncé l’arrivée de 6 à 8 familles à Bry-sur-Marne en collaboration avec le Conseil départemental dans les locaux de l’ancienne Gendarmerie de Bry détenus par le département.

J’ai, au nom du groupe « Génération Bry » (LR et DVD), défendu un vœu pour refuser que la ville mobilise des HLM à cet effet. Il y a déjà trop de familles en attente d’un logement pour que la ville se paye le luxe de ne pas s’occuper d’elles prioritairement. J’ai proposé en revanche que la ville effectue des économies sur les buffets (champagne, petits fours etc.) des vœux du Maire et autre manifestations à venir pour reverser la somme à une ou des associations venant en aide aux populations locales martyrisées par Daesh et aspirant à vivre en paix, chez eux.

C’est avec grande surprise que notre vœu a été rejeté par la majorité et les socialistes. Que le Maire, qui a quitté notre mouvement en 2012, poursuive une politique plus à gauche n’étonne plus mais, en revanche, que sa majorité comprenant des élus Républicains (dont un délégué de circonscription et un élu départemental) vote à l’unanimité contre ce vœu est surprenant.

J’y vois un calcul politicien, ce vœu aurait été adopté s’il venait du Maire, c’est anormal car je suis persuadé que les élus LR de la majorité partagent notre point de vue. D’autant que notre voeu n’était en rien contradictoire avec l’accueil de migrants imposé par l’État, il clarifiait simplement la position communale sur ses propres ressources HLM.

Je réitère ma demande de clarification de la politique de la majorité, puisque l’État nous impose 8 familles dans des locaux qui ne nous appartiennent pas, je demande à ce que le Conseil municipal affirme, a minima, qu’aucun logement social de la ville ne sera réquisitionné, qu’on privilégiera toujours les Bryards demandeurs de logements et qu’on puisse faire preuve de solidarité en soutenant financièrement une association d’aide aux populations locales martyrisées par Daesh. Il serait temps que les élus Républicains suivent la ligne du parti validée à plus 90% par les adhérents lors de la consultation organisée par Nicolas Sarkozy.

L’émotion ne doit plus supplanter la raison, la solidarité doit se faire en fonction de nos capacités réelles et non plus en fonction d’incantations droit-de-l’hommistes irresponsables.

Charles ASLANGUL
Conseiller municipal
Président du groupe « Génération Bry »
Conseiller National Les Républicains