Interview pour « Paroles d’Actu »

Interview pour « Paroles d’Actu »

Capture d’écran 2014-09-30 à 19.21.11

Charles Aslangul a accordé une interview  à « Paroles D’Actu » sur le retour de Nicolas Sarkozy.
Aux côtés d’autres jeunes élus, il donne sa vision sur le sujet.(http://parolesdactu.canalblog.com/archives/2014/09/30/30676399.html)

« Paroles d’Actu » : « Nicolas Sarkozy vient d’annoncer sa candidature à la présidence de l’UMP. J’aimerais vous demander, vous qui comptez parmi les jeunes militants du parti, ce que cela vous inspire. Peut-il incarner l’avenir de votre formation politique ; porter vos idées et son projet tels que vous les envisagez ? Est-ce que vous auriez, finalement, un message à lui adresser ? »

Charles Aslangul :

Le retour de Nicolas Sarkozy est un grand soulagement et source d’espoir nouveau pour beaucoup d’entres nous.

Grand soulagement car force est de constater que depuis mai 2012, l’UMP n’a pas réussi a incarner pleinement son rôle de premier parti d’opposition trop occupée avec ses luttes intestines. Il faut néanmoins rendre hommage à Jean-François Copé qui n’a pas ménagé ses efforts pour permettre l’historique vague bleue de mars 2014.

Néanmoins, l’absence de Nicolas Sarkozy a laissé un vide qui a divisé et menacé l’existence même de l’UMP. C’est donc un soulagement de le voir revenir, il suffit de regarder l’enthousiasme, l’énergie et la ferveur qui émanent des militants depuis son retour. Quel bonheur de tous nous retrouver après tant de déchirements stériles !

Source d’espoir nouveau car Nicolas Sarkozy, aux talents incontestés, est un chef naturel. Vous savez, quoi qu’on en dise, à droite nous sommes héritiers du Gaullisme et du Bonapartisme. Au delà des considérations de grandeur de la France, de France forte, la notion du « commandeur », du chef, est aussi un de ces héritages. Nous avons besoin d’un leader, d’un homme fort à la tête des troupes ! Ce chef naturel est de retour et nous permet de recouvrer l’espoir de grandes victoires à venir.

Ces victoires nous les devons aux Français qui souffrent d’une gauche incapable de résoudre leur problème et qui les accule sous l’impôt quand elle devrait leur rendre du pouvoir d’achat. Ce qui est le plus navrant c’est que nous avions prévenu les Français.
Nous savions où nous mèneraient François Hollande et les socialistes. Il suffisait de se pencher sur leur programme pour comprendre qu’ils étaient à côté de la plaque !
Les Français ont cru aux promesses de Monsieur Hollande, ils ont cru à l’anaphore « Moi, Président », ils ont cru au meeting du Bourget et à l’adversaire invisible du monde de la finance, ils ont cru à l’apaisement et au rassemblement du peuple par delà les différences, bref ils ont cru à cette fameuse promesse du « réenchantement du rêve Français ».
Que reste-t-il de tout ça ? Un immense mensonge.

Jamais la France n’a été aussi durement confronté au chômage.
Jamais la France n’a été à ce point incapable de créer de la richesse, de la croissance.
Jamais la France n’a été à ce point déchirée par le communautarisme.
Jamais la fonction de Président n’a été à ce point abaissée, ridiculisée.
Jamais un gouvernement n’a connu autant de scandales.

Jamais les Français n’ont été à ce point désabusés, ils n’ont jamais aussi peu cru en la politique.

François Hollande est comptable de ce bilan désastreux. Il a menti pour se faire élire coûte que coûte sur fond d’anti-sarkozysme primaire et de promesses qui n’engageaient que ceux qui les recevaient…

Avec dogmatisme, il a détricoté toute une batterie de mesures prises sous Nicolas Sarkozy. Prenez les heures supplémentaires défiscalisées…Elles permettaient aux plus modestes d’augmenter leur pouvoir d’achat, de travailler plus pour gagner plus. En temps de crise ce n’était pas négligeable. Et voilà que ceux qui se réclament du socialisme, donc des plus modestes, suppriment cette mesure de justice parce qu’elle venait de Nicolas Sarkozy…Affligeant.
Je ne veux pas être trop long mais nous pourrions parler de Madame Taubira et de sa réforme pénale consternante de laxisme et d’angélisme. Quand Nicolas Sarkozy avait mis en place les peines planchers pour les multi-recidivistes, Madame Taubira souhaite des peines de substitutions. En clair, plutôt que de réprimer la délinquance elle l’entretient en ne mettant pas en prison les voyous et en permettant des remises en liberté plus facilement. Le monde à l’envers.

Nous pourrions parler également du mensonge du « Mariage pour tous » qui ne devait pas ouvrir la porte sur la PMA et la GPA alors que c’est précisément ce qu’il advient.

Nous pourrions parler de l’absence de leadership Français au niveau Européen, de la politique consternante qui consiste à faire l’autruche face aux défis de l’immigration ou encore notre Éducation Nationale qui préfère brader les fondamentaux, savoir lire, écrire, compter sur l’autel du divertissement.
Ou bien encore l’effondrement de l’apprentissage de l’Histoire de France devenue repentante et vidée de sa substance au profit d’une prétendue ouverture aux cultures Africaines et Orientales.

Mais avant de s’ouvrir au monde, ne doit-on pas savoir d’où l’on vient ?
Avant de parler d’union nationale, ne devons-nous pas la permettre en ressuscitant la fierté nationale d’un passé si riche, si singulier, si grand ?

L’heure n’est plus aux remords, mais à l’action !

Le temps est venu pour nous de redonner au peuple l’espoir d’un avenir meilleur en démontrant calmement, sereinement mais avec une implacable détermination que nous sommes en capacité d’opérer le redressement national.

Pour répondre à votre question, oui Nicolas Sarkozy a selon moi toutes les compétences et qualités pour incarner ce nouveau souffle dont la France a besoin.
Avant cela, il doit rassembler et remobiliser notre camp. Cela passe par la case UMP.
Puisque que Nicolas Sarkozy est revenu, nous devons lui donner un large succès pour préparer les futures échéances le mieux possible. Mais nous ne devrons pas réactiver la droite la plus bête du monde en nous divisant. Je pense, par exemple, à Bruno Le Maire qui devra compter dans les années à venir. Il serait idiot de se passer de talents comme lui.

Par ailleurs, nous devrons oser une remise en question. Si nous avons perdu en 2012 c’est bien que nous n’avons pas totalement rempli le contrat. Les seuls mensonges de la gauche ne font pas tout.
Il faudra donc que Nicolas Sarkozy aille plus loin, plus vite, plus fort. Il faudra tenir chaque promesse, ou ne pas les faire. Nous devons rendre de la noblesse à l’engagement politique. Cela passe par la reconstruction du lien de confiance avec les Français.

Enfin, j’entends ceux qui hurlent à la droitisation comme raison principale de l’échec de 2012. Rien n’est plus faux !
Nous avons perdu car nous n’avons pas tout fait ou tout bien fait.
Mais à l’heure où le FN n’a jamais été aussi puissant. À l’heure où le bloc de droite n’a jamais été si large, en appeler au centre est une ineptie !
Nous ne devons pas nous tourner vers le centre, nous devons nous recentrer.
Nous recentrer sur ce que nous sommes !  Assumer nos convictions devant les Français.

Une fois que nous aurons réaffirmé notre rôle de grand parti de droite alors nous pourrons discuter avec le centre pour permettre l’alternance en 2017.
Mais une fois encore, attention à ce que l’union ne devienne pas confusion.

Alors voilà, si j’ai un message à faire passer à Nicolas Sarkozy c’est que nous sommes prêts ! Prêts à œuvrer sans relâche à ses côtés pour nos valeurs communes s’il est capable, et je n’en doute pas un seul instant, d’incarner à nouveau un grand parti de droite fier et sûr de ses valeurs.

Comme de nombreux jeunes UMP j’ai adhéré au moment de la campagne de 2007, je suis devenu élu municipal en 2008 tout juste majeur. Une véritable génération s’est alors constituée. Puisque vous m’interpellez en tant que jeune UMP, soyez assuré de la totale détermination de cette jeunesse fidèle à Nicolas Sarkozy.

Avec Nicolas Sarkozy, nous sommes en marche pour créer les conditions d’un nouveau souffle pour l’UMP, pour la droite républicaine et, plus largement, pour la France !

Charles Aslangul.