Tribune L’Express

Tribune L’Express

Retrouvez la tribune de Charles Aslangul mise en une du site l’Express.fr : http://www.lexpress.fr/actualite/nicolas-reviens-ils-sont-devenus-fous_1547546.html

Tribune déjà partagée plus de 2 000 fois sur les réseaux sociaux.
La liste « Génération Bry » était une union de droite et du centre dont la tête de liste et 11 colistiers étaient UMP.
C’est pourquoi, la tribune du Président UMP de groupe « Génération Bry », Charles Aslangul, a toute sa place ici.

Bonne lecture et n’hésitez pas, comme toujours, à nous faire part de vos remarques.

Capture d’écran 2014-06-02 à 15.11.35

 

Nicolas reviens ! Ils sont devenus fous…

 

sarkozy-villepinte

 

Au lendemain de la large victoire du Front National et des  » révélations  » de la presse, notre famille UMP implose littéralement au rythme infernal des chaines d’informations.

Médusés, les Français qui par l’abstention ou le vote FN ont voulu crier leur ras-le-bol, (re)découvrent une droite incapable de se reconstruire durablement.

Les Français las de ne pas être entendus, comprennent que ni François Hollande, totalement à côté dans son analyse de la raclée infligée par le FN, ni l’UMP totalement détruite par les « affaires », ne sont capables aujourd’hui de répondre à leurs attentes légitimes.

D’une part, l’autisme du Président le plus impopulaire de la Vème République, de l’autre la gangrène des luttes intestines sur fond de scandale financier.

Et tout le monde y a sa part. Des affaires « Cahuzac » à « Bygmalion » en passant par l’incapacité chronique des dirigeants socialistes à « réenchanter le rêve Français », c’est toute la classe politique qui est responsable.
Les Français n’en veulent plus.

Le plus révélateur de cette crise de confiance est le désarroi de la jeunesse de France.
30% des jeunes,18-35 ans, a voté Front National.

L’heure est grave, car pendant que se déroule le cirque politique tragi-comique, le peuple souffre, le peuple gronde.

Ignorer la percée du FN ou, pire, la mépriser, serait dramatique pour l’avenir politique de notre pays. Il faut, tout au contraire, écouter et entendre celles et ceux qui ne croient plus en l’offre politique actuelle et se tournent vers le FN.

Le rejet de l’UE, dans son expression oligarchique et lointaine.
Le rejet des classes dirigeantes Françaises, dans leur déconnection hors-sol des réalités.
Le rejet de la parole politique, lié aux nombreuses trahisons électorales et aux  » affaires  » qui polluent l’action publique.
Autant de facteurs que nous devons accepter pour reconstruire une offre politique plus claire et rassembleuse.

En ce sens, l’attitude des socialistes est aussi inquiétante que catastrophique. Plutôt que de voir la réalité en face, ils préfèrent fermer un peu plus les oeillères, se boucher le nez et foncer dans le mur en klaxonnant.

Sans inversion radicale de la politique actuellement menée, la colère qui gronde s’amplifiera pour nous mener vers un  » bis repetita «  d’avril 2002.

Mais rappelons ici que le FN n’est jamais aussi fort que sous la gestion socialiste. D’aucuns se rappelleront la stratégie de François Mitterrand consistant à faire monter le FN pour affaiblir la droite républicaine,  » bis repetita «  dites-vous ?

Pour une vraie droite

L’UMP a une lourde responsabilité. Celle d’incarner à nouveau l’espérance populaire. Mais voilà que certains cadres de l’UMP en appellent à une alliance avec…le centre !
C’est un déni complet de réalité et une erreur qui peut-être fatale.

Pour faire barrage au FN, il faut une droite forte et décomplexée. Une droite qui s’assume.
À n’en pas douter l’inteligencia bobo-parisienne hurlera à la  » droitisation  » à la lecture de ces lignes.

Là encore, déni complet de réalité.

Ce n’est pas la droite républicaine qui se droitise, non. C’est le Front National qui chasse sur nos terres en s’appropriant habilement jusqu’à notre champ lexical patriote et…Gaullien ! Un comble.

À l’UMP, celles et ceux qui osent parler de la Patrie, de la Nation, de l’identité Française, d’assimilation, d’ordre républicain, de souveraineté etc sont accusés de  » Lepénisation  » et totalement discrédités par la pensée unique.

La fameuse et redoutable  » reductio ad lepenum « . Arme ultime des censeurs de la pensée et autres héritiers soixante-huitards. Cette arme rhétorique, degré zéro de la pensée politique, ne combat pas le FN, elle le flatte !

Ce serait faire un cadeau énorme à Marine Le Pen, et donc François Hollande, que d’abandonner notre ADN idéologique sur l’autel de la bienpensance. Ce serait faire un cadeau énorme à Marine Le Pen, et donc François Hollande, que de nous tourner vers le Centre (9,9% aux Européennes) et laisser ainsi le champ libre au FN.

Nous ne devons pas nous tourner vers le Centre, nous devons nous recentrer ! Le Centre doit rester un partenaire privilégié et, quant à nous, nous devons nous recentrer sur ce que nous sommes !

Nicolas Sarkozy

Le seul aujourd’hui capable d’incarner cette droite de conviction et cette union avec le centre, c’est Nicolas Sarkozy.

Qu’est-ce qu’hier faisait notre union et qui nous fait défaut aujourd’hui? Nicolas Sarkozy !

Le Sarkozysme n’est pas une nostalgie. Il est au contraire source d’inspiration et d’espoir pour l’avenir de notre mouvement. Le Sarkozysme c’est avant tout une volonté inébranlable, une force de conviction à toute épreuve avec l’intérêt supérieur de la Nation comme pierre angulaire de l’engagement politique. C’est aussi l’union – non pas le confusion – de la droite et du centre, le Sarkozysme.

Souvenons-nous de ces images fabuleuses de la place du Trocadéro, avec ces milliers de drapeaux tricolores fièrement exhibés sous le soleil printanier.
Souvenons-nous de ce formidable rassemblement où toute la famille était réunie autour de Nicolas Sarkozy. Souvenons-nous de cette Marseillaise que nous avons entonnée avec ferveur.

Souvenons-nous de notre unité d’alors.

« Je vous demande une seule chose, vous devez vous engager à protéger l’unité de la famille. Quoi qu’il advienne. Vous me le devez. » (Nicolas Sarkozy)

Le problème est que cette unité, lui seul peut la réaliser.

Dans une famille politique à l’héritage Gaulliste, pour ne pas dire Bonapartiste, la question du « commandeur » est centrale. Nous avons toujours eu besoin d’un homme fort et charismatique à notre tête, d’un chef naturel en somme.

Ce chef naturel est parmi nous, nous le connaissons : Nicolas Sarkozy.

Le 6 mai 2012, Nicolas Sarkozy a déclaré  » Je resterais l’un des vôtres. Je partage vos idées, vos convictions, votre idéal, c’est les miens. Votre idéal, c’est celui de toute ma vie et vous pourrez compter sur moi pour les défendre.  »

Le temps est venu pour Nicolas Sarkozy de défendre à nouveau cet idéal.
Le temps est venu pour Nicolas Sarkozy de se battre à nos côtés pour faire barrage au FN et empêcher les socialistes d’abimer plus encore la France.
Le temps est venu pour Nicolas Sarkozy de revêtir son costume de chef et de nous conduire à la victoire pour la France.

Le temps est venu pour Nicolas Sarkozy, d’entendre notre appel :  » Nicolas Reviens ! Ils sont devenus fous…  »

Charles Aslangul