Voeu sur les migrants

Voeu sur les migrants

Lors du Conseil municipal du 21 septembre 2015, le groupe « Génération Bry a défendu un voeu sur la crise migratoire dont nous vous reproduisons, ci-dessous, le texte. Ce voeu, présenté par Charles ASLANGUL, a été rejeté par les socialistes et la majorité de Jean-Pierre SPILBAUER.

VILLE DE BRY-SUR-MARNE CONSEIL MUNICIPAL DU 21 SEPTEMBRE 2015

VŒU RELATIF A L’ACTION COMMUNALE INHERENTE A LA CRISE MIGRATOIRE DEPOSE PAR LE GROUPE « GENERATION BRY »

Considérant que l’Europe fait face à une crise migratoire majeure avec l’arrivée de centaines de milliers de clandestins (migrants économiques ou réfugiés de guerre) dans l’espace Schengen ;

Considérant qu’avant d’être des statistiques et des chiffres, cette crise est avant tout humanitaire ;

Considérant qu’il est dans la tradition Européenne et Française d’accueillir les réfugiés fuyant la guerre, l’oppression et la misère ;

Considérant que pour assurer sa vocation humaniste, la France ne doit pas laisser l’émotion légitime aveugler sa raison ;

Considérant que la raison commande de souligner qu’il est absolument mensonger de déclarer, comme le font le président de la République et ses différents soutiens locaux, que seulement 24 000 migrants seront accueillis en France quand l’Allemagne, membre de l’espace Schengen, a annoncé l’arrivée de plus de 800 000 migrants pour cette seule année ;

Considérant que la raison commande d’observer que, selon l’UNHCR (Agence des Nations Unies pour les Réfugiés), 75% des clandestins sont des hommes, 12% des femmes et 13% des enfants, que ces chiffres ne reflètent pas une migration de guerre mais une migration économique ;

Considérant que cette migration économique parasite l’aide aux véritables réfugiés de guerre en ce qu’il est impossible de distinguer, a priori et sans réels contrôles, un réfugié de guerre d’un migrant économique et que cela entrave les nations européennes dans leur mission d’accueil ;

Considérant que la raison commande d’observer qu’il est irresponsable de croire que l’accueil réduira le nombre de morts en Méditerranée, c’est exactement l’inverse avec un appel d’air crée qui pousse toujours plus de malheureux à tenter la traverser au péril de leur vie alimentant par la même le trafic morbide des passeurs ;

Considérant que différentes nations européennes ont compris, bien tard, que cette politique insensée ne résolvait rien et qu’en conséquence elles décidaient la restauration temporaire des contrôles aux frontières ;

Considérant que la France ne peut accueillir plus de migrants économiques qu’elle ne le fait déjà quand on considère ses 3,5 millions de SDF et mal-logés dont 30 000 enfants sans domicile fixe et ses plus de 3,55 millions de chômeurs, il serait intolérable que la France ne s’occupe pas prioritairement de ses compatriotes laissés pour compte souffrant en silence loin des caméras ;

Considérant que Bry-sur-Marne, comme toutes les communes de France, a une longue liste d’attente pour ses logements sociaux destinés à des familles dans la nécessité qui ne comprendraient pas, à juste titre, que ces logements tant attendus soient finalement attribués à des migrants ;

Considérant que la solution n’est pas locale mais nationale et européenne, que sans politique migratoire européenne et concertée (refonte de Schengen), sans harmonisation européenne des prestations sociales et sans vision sur le long terme, la situation continuera à empirer, et qu’il n’est pas du rôle des municipalités, dont Bry-sur-Marne, d’assumer une fois de plus les erreurs stratégiques de l’État ;

Considérant enfin que toutes ces vérités doivent conduire la ville de Bry-sur-Marne à participer à la solidarité sans céder aux sirènes de la seule émotion, mauvaise conseillère et contre-productive ;

Le conseil municipal de Bry-sur-Marne :

REFUSE de mobiliser ses logements sociaux tant que la France et l’Europe ne conduiront pas une véritable politique migratoire commune, raisonnée et donc raisonnable.

AFFIRME sa solidarité avec les véritables réfugiés de guerre et sa volonté de ne pas participer à la politique irresponsable, improvisée et confuse actuellement menée en France et en Europe au détriment de ces derniers.

DÉCIDE de réaliser des économies substantielles sur des postes de dépenses définis (buffet de la cérémonie des vœux du Maire et autres prestations du même type par exemple).

DÉCIDE de reverser la somme économisée à une ou des associations indépendantes œuvrant directement sur le terrain pour l’aide aux populations locales (Chrétiens d’Orient, Musulmans Chiites etc.) martyrisées par Daesh et aspirant à vivre en paix, chez eux.

page2image14768